Vous êtes ici: La santé au quotidien  »  Psychologie  »  Pourquoi dormir 8h d’affilée peut être une pratique antinaturelle et nocive

Pourquoi dormir 8h d’affilée peut être une pratique antinaturelle et nocive

Publié dans la catégorie Psychologie       
Pourquoi dormir 8h d’affilée peut être une pratique antinaturelle et nocive

Dormir huit heures d’affilée est considéré comme la période de repos idéale pour récupérer de la fatigue. Il s’agit d’un fait que l’on nous répète depuis longtemps et depuis notre plus jeune âge, a expliqué Stephanie Hegarty à la BBC.

Toutefois, précise-t-elle, il existe aujourd’hui de plus en plus d’évidences scientifiques et historiques qui pourraient mettre à mal une telle croyance se révélant finalement antinaturelle.

Pour étayer son propos, Hegarty décrit les nombreuses disciplines et études sur le processus du sommeil. Parmi celles-ci, celle de l’historien Roger Ekirch qui, après 16 ans d’études sur les pratiques noctambules des sociétés, a découvert que l’humanité a dormi pendant des siècles d’une manière spécifique, aujourd’hui oubliée. Dans son livre « At day’s close : Night times past », Ekirch illustre la technique du sommeil segmenté ou sommeil polyphasique : la personne dort deux heures après le coucher du soleil, puis passe quelques heures de veille pour ensuite se rendormir.

Pour arriver à ses conclusions, l’historien a étudié plus de 500 sources littéraires, d’Homère à Charles Dickens ainsi que des rapports médicaux. Pendant les périodes intermédiaires, les personnes se levaient, urinaient, fumaient, visitaient leurs voisins. Pendant ces quelques heures d’éveil, on causait également avec la personne qui partageait notre lit ou l’on entamait une relation sexuelle (un manuel français du 16e siècle considère d’ailleurs que cette période intermédiaire est le meilleur moment pour concevoir un enfant).

Par la suite, le rythme de sommeil de l’humanité a été modifié. Cela a principalement à voir avec l’avènement de l’éclairage public et domestique au début du 20e siècle. Le nombre important de cafés ouverts toute la nuit a également changé notre manière de dormir. Parallèlement, de manière plus symbolique, l’association de la nuit avec les méfaits, idée persistante jusqu’au 17e siècle, a abouti au fur et à mesure à son contraire : à savoir le fait que la nuit est devenue une période pendant laquelle les gens sont plus respectueux.

Ainsi, pour le psychologue Gregg Jacobs, il est parfaitement naturel de se réveiller en plein milieu de la nuit. En outre, Jacobs estime qu’une période continue et indivisible de sommeil va à l’encontre de l’évolution de notre rythme de sommeil. Le professeur de neuroscience Russell Foster estime quant à lui que la panique ressentie par certaines personnes lorsque leur sommeil est interrompu est injustifiée car il s’agit d’un modèle régressif qui n’a rien d’anormal. Par ailleurs, le modèle biphasique actuel de sommeil est un des facteurs principaux qui pourrait expliquer l’émergence de certaines maladies, explique le scientifique.

Lorsque l’on dormait, puis que l’on se réveillait pour ensuite se rendormir, on était obligé d’expérimenter des étapes successives de repos et de relaxation, ce qui permettait de réguler le stress de manière naturelle, soulignent les chercheurs. « Aujourd’hui, nous accordons moins d’importance à ces choses. Il n’est donc pas étrange que, dans la vie moderne, le nombre de personnes qui souffrent d’anxiété, de stress, de dépression, d’alcoolisme et de dépendance de drogues ait augmenté », conclut Jacobs.

Source