Vous êtes ici: La santé au quotidien  »  Psychologie  »  Comment faire face à la dépendance aux médicaments?

Comment faire face à la dépendance aux médicaments?

Publié dans la catégorie Psychologie       
Comment faire face à la dépendance aux médicaments?

La pharmacodépendance, ou la dépendance aux médicaments, est un phénomène de plus en plus courant dans notre société. De nombreuses recherches prouvent que nous vivons dans des pays dans lesquels la consommation de médicaments et leur abus est au dessus de la moyenne.

Comme avec pour les médicaments psycho actifs, nous pouvons parler de dépendance quand il ya une nécessité physique et mentale à adopter un produit, et son retrait provoque des perturbations dans le fonctionnement de l'organisme, autrement dit, provoquant le syndrome de sevrage. Quant aux Polonais, ils deviennent souvent accros aux analgésiques, somnifères, tranquillisants et produits dopant. Même les produits disponibles en pharmacie sans ordonnance, comme les analgésiques populaires, en quantités excessives peuvent rendre dépendant, en plus de provoquer des conséquences catastrophiques sur notre forme physique, on retrouve des troubles de la pression, cardiaques, respiratoires et digestifs. Encore plus dangereux sont les opiacés provoquant une dépendance psychologique et physique grave. Dans le cas des benzodiazépines ou des barbituriques, la dépendance peut se développer après 2-3 mois de la prise du médicament.

Le traitement de toute dépendance n’est pas facile, c’est pourquoi il est extrêmement important d'empêcher cet état. Le premier signe d'avertissement devrait être l’augmentation de la tolérance du corps au médicament. Cela vient « vacciner » le médicament et le patient à tendance à augmenter la dose. Le traitement de la pharmacodépendance se compose principalement d’une désintoxication, ou de la suppression de substances nocives de l'organisme. Il serait mieux de réduire progressivement la dose du médicament avant de s’arrêter. Malheureusement, nous devons être prêts aux symptômes d'abstinence, mais il vaut la peine de souffrir un peu, que de s’exposer à des conséquences graves associées à l'abus de médicaments. Pendant cette période, vous pouvez aider votre corps en lui fournissant beaucoup de vitamines.